Equilibre

Quel que soit le résultat du vote – résultat qui ne nous sera pas connu au moment de la sortie de ce numéro –, il faut noter que l’alliance entre la Vert’libérale Isabelle Chevalley et l’UDC Jacques Nicolet en vue du deuxième tour de l’élection au Conseil d’Etat vaudois a fortement déprimé Pierre-Yves Maillard, président socialiste en exercice de l’exécutif cantonal; non point en raison du caractère opportuniste de cette alliance, forcément «contre-nature», ni parce que, en cas de succès du tandem dit de droite, la «droite» – notion assez vague en somme – allait redevenir majoritaire au Château et lui ravir la présidence du Conseil d’Etat: M. Maillard est évidemment au-dessus de ces basses considérations. La tristesse qu’il a exprimée publiquement était due uniquement au fait qu’on risquait d’assister à «la fin d’une décennie de rapports équilibrés entre la gauche et la droite».

En somme, au regard d’un socialiste, des rapports équilibrés entre la gauche et la droite au Conseil d’Etat vaudois ne sont possibles que si la gauche est majoritaire et le président de gauche.

A vrai dire, on s’en doutait un peu.

M. P.

Thèmes associés: Politique vaudoise

Cet article a été vu 1906 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions