Vilains Suisses mal nourris

L’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) s’intéresse à nos assiettes. Par l’intermédiaire de l’Institut de médecine sociale et préventive de l’Université de Lausanne (IUMSP), il a mené pour la première fois une enquête «nationale» sur l’alimentation en Suisse, enquête baptisée menuCH. Ce qu’il a découvert est fort inquiétant si j’en crois son communiqué de presse du 16 mars1: les Suisses, entre autres péchés alimentaires, mangent trop de viande, ne consomment pas assez de produits laitiers et absorbent des quantités déraisonnables de sucre, d’amuse-bouches salés et de beurre.

Bien entendu, toutes ces affirmations reposent sur des chiffres. Les Suisses avalent en moyenne 780 grammes de viande par semaine, alors qu’ils ne devraient pas en manger plus de 240. Leur consommation de produits laitiers quotidienne n’est que de deux portions au lieu de trois et ils mangent quatre fois plus de sucre, d’amuse-bouches salés et de beurre qu’ils ne le devraient.

Le premier Suisse venu, prenant connaissance de ces alarmantes nouvelles, se demande sur quoi on se fonde pour énoncer des chiffres aussi précis. La réponse nous est donnée indirectement: «77% des personnes interrogées ont déjà entendu parler de la pyramide alimentaire suisse et des recommandations nutritionnelles élaborées conjointement par la Société Suisse de Nutrition et l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV).»

C’est donc sur leurs propres recommandations que ces gens s’appuient pour tancer les Suisses qui mangent trop de viande, ne boivent pas assez de lait ou manifestent un penchant un peu trop affirmé pour les sucreries.

Toutes ces prétendues recommandations reposent certainement sur d’innombrables études toutes plus érudites et scientifiques les unes que les autres. Il serait donc malséant de mettre en doute le sérieux des spécialistes en diététique et de l’office fédéral qui surveillent la santé des Suisses, que cela plaise à ces derniers ou non.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit: «Les résultats de l'enquête sur l’alimentation menuCH aident à affiner la stratégie de nutrition adoptée en Suisse pour les années à venir (2017-2024). La stratégie de nutrition a d’ores et déjà pour objectif que tous les Suisses se nourrissent sainement et de manière durable en fonction de leurs conditions de vie et de leurs compétences propres et adoptent un mode de vie sain.»2

On voit poindre dans ce discours pompeux le nez des tyrans de la correction diététique.

Vous n’aimez pas le sport? Vous ferez du sport! Vous aimez les pâtes? Vous mangerez des épinards, des carottes et du fenouil! Vous aimez les truffes au chocolat? Vous mangerez des pommes et des oranges!

C’est ainsi que vous démontrerez combien la stratégie de nutrition étatique est efficace et durable. Les générations futures vous béniront aux siècles des siècles. Amen.

M. P.

1 https://www.blv.admin.ch/blv/fr/home/dokumentation/nsb-news-list.msg-id-66016.html.

2 https://www.blv.admin.ch/blv/fr/home/lebensmittel-und-ernaehrung/ernaehrung/menuch/menu-ch-ergebnisse-ernaehrung.html.

Thèmes associés: Humeur - Politique fédérale

Cet article a été vu 1889 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions