Visca Catalunya!

Le 11 septembre dernier a vu les rues de Barcelone envahies par un million et demi de manifestants scandant des slogans en faveur de l’indépendance de la Catalogne. Les observateurs extérieurs ne s’y sont pas trompés: il s’agit d’un événement très important pour cette petite nation comprenant une population semblable à celle de la Suisse mais dont les trois quarts se concentrent dans la métropole de Barcelone.

Il ne fait pas de doute que pour une grande majorité la Catalogne est une région de l’Espagne dont on ne voit pas vraiment pourquoi elle voudrait faire sécession. Il faut bien comprendre que les Catalans forment un peuple avec une identité nationale très forte, construite par des siècles d’histoire, une langue, une littérature, des traditions et des mœurs. A titre d’exemple, on citera les persécutions dont ils ont été victimes sous le franquisme, qui interdisait l’usage du catalan et la pratique de la sardane (danse traditionnelle) entre autres. 

La Catalogne a toujours été considérée à juste titre comme une locomotive pour l’Espagne. Les Catalans ont la réputation d’être sérieux et travailleurs, le tissu économique est diversifié, comprenant industrie, tourisme et bien sûr le grand centre d’affaires qu’est Barcelone. Or la population ne comprend pas pourquoi, alors que depuis des décennies elle paie plus qu’elle ne reçoit en raison du système de péréquation fiscale de l’Etat, elle est si peu considérée et si maltraitée par le gouvernement de Mariano Rajoy.

C’est un fait que la Catalogne, comme l’Espagne, se trouve dans une situation financière très difficile, par la faute d’une part de la conjoncture et d’autre part des déficits laissés par les gouvernements socialistes.  Mais, comme le soulignait récemment le journaliste de 24 heures[1], le déficit de la Catalogne s’élève à 21 % de son PIB, ce qui est très faible par rapport à celui de l’Espagne (76%) ou même de la Suisse (37%). On rétorquera très justement qu’un certain nombre de charges ne sont pas incluses dans le calcul de l’endettement catalan en cela qu’elles sont assumées par le gouvernement central, mais, dans la mesure où la balance fiscale n’est pas favorable à la Catalogne, on peut admettre que ce report de charges est largement payé.

On peut donc considérer que les aspirations d’une part importante de la population catalane à l’autodétermination sont légitimes et devraient faire l’objet d’une consultation populaire. Le président Artur Mas ne s’y est d’ailleurs pas trompé et a durci le ton vis-à-vis du pouvoir central au lendemain de la manifestation du 11 septembre. On ne regrettera qu’une chose: les indépendantistes catalans sont des ânes bâtés.  Ils revendiquent un Etat souverain…. membre de l’Union européenne. On ne voit pas l’avantage de se libérer du joug de Madrid pour se précipiter sous celui de Bruxelles, plus éloigné, plus technocratique, plus centralisateur, en bref plus néfaste.

Michel Paschoud


 

 

NOTES:

[1] http://www.24heures.ch/monde/maree-humaine-catalogne-independante/story/30969196

Thèmes associés: Divers - Politiques diverses

Cet article a été vu 3436 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions