Mauvais genre

«Comme je ne me perçois ni comme un homme, ni comme une femme, je vous prie de vous adresser à moi en tant que personne non binaire, à savoir en utilisant le pronom iel.»

Ce genre de phrase s’entend de plus en plus, et mes enfants ont dans leur entourage plusieurs individus, généralement des jeunes filles, qui prétendent être non binaires. Pour nos lecteurs qui seraient heureusement isolés depuis de nombreux mois du monde extérieur, les chanceux, les personnes non binaires sont celles qui ne s’identifient à aucun des deux sexes de la nature. Ils sont autre chose, et ce qu’ils sont reste donc un mystère.

Je ne vais pas m’étendre aujourd’hui sur la sotte distinction entre sexe et genre pour ne faire qu’une remarque. Lorsqu’une personne pèse 30 kilos et se perçoit comme étant grosse, tout le monde comprend qu’elle souffre de troubles mentaux et on l’envoie consulter un psychiatre.

Je n’ai rien à ajouter.

Mi. P.

Thèmes associés: Egalité, discriminations - Société

Cet article a été vu 446 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions