Preuve par l’acte

Les membres du Service civil, ou civilistes, à ne pas confondre avec les personnes qui servent dans la Protection civile, effectuent un service plus long que les militaires, afin de prouver qu’ils sont d’authentiques objecteurs de conscience et non des tire-au-flanc ou des mauviettes.

Début octobre, un de ces intéressants jeunes gens et un directeur d’EMS ont été condamnés à diverses peines pour s’être acoquinés en vue de permettre à l’apôtre de la paix de ne pas effectuer, en automne 2019, les vingt-six jours de service durant lesquels il devait faire bénéficier l’établissement de ses nombreuses et pacifiques compétences.

Le compte rendu de 20 minutes en ligne du 10 octobre précise que notre objecteur avait empoché ses indemnités pour perte de gain sans que sa chatouilleuse conscience parût en souffrir.

O tempora o mores!

M. P.

Thèmes associés: Armée - Justice

Cet article a été vu 591 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions