Preneur d’otage philippin contrarié

Toujours le 3 mars, un bref communiqué publié par le quotidien gratuit faisait état d’une situation surprenante: dans un centre commercial de Manille, un ancien agent de sécurité qui avait retenu une trentaine de personnes avait fini par se rendre à la police. Jusque-là, rien de bien extraordinaire.

Premier étonnement: le bandit a été autorisé à parler à la presse et en a profité pour se plaindre de ses employeurs.

Stupéfaction complète: des responsables de l’entreprise se sont excusés de l’avoir contrarié.

Le pauvre chéri!

M. P.

Thèmes associés: Facéties

Cet article a été vu 125 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions