Grève

Le quotidien gratuit 20 minutes du mercredi 10 avril, page 7, a diffusé la brève suivante: REVENDICATIONS. Le droit de grève ne peut pas être retiré. Près de 150 femmes réunies hier dans les cantons de Vaud et de Neuchâtel ont réaffirmé leur droit de faire grève le 14 juin prochain. Elles soulignent que cet arrêt de travail est tout à fait légal.

On se demande ce qui est le plus divertissant dans cette nouvelle: qu’il n’y ait que cent cinquante bedoumes «réunies» sur le territoire de deux cantons romands pour «réaffirmer» leur méconnaissance du droit suisse? ou l’incompétence du journaliste qui répercute sans commentaire des bobards qui feraient s’esclaffer une étudiante en droit de première année? ou encore que cette information ait été placée dans la rubrique 20 secondes, en compagnie de dix-neuf autres nouvelles insignifiantes, par un rédacteur conscient du temps que méritait sa lecture?

On signalera aux cent cinquante bécasses incultes concernées que le droit de grève pour des motifs politiques n’est pas prévu en Suisse et que, dès lors, on ne peut retirer un droit qui n’existe pas. A notre tour, nous soulignerons que celui ou celle qui souhaite participer à une manifestation pendant les heures habituelles de travail peut demander à son employeur un congé (jour de vacances, compensation d’heures supplémentaires, congé sans solde…) pour lui permettre d’aller s’exhiber, à ses frais, dans la rue.

C. P.

Thèmes associés: Egalité, discriminations - Justice

Cet article a été vu 115 fois

Recherche des articles

:

Recherche des éditions